Les sorties

Les sorties

Après avoir effectué un entraînement long et difficile (….), il est temps d’aller mouiller ses palmes dans de l’eau de mer et de profiter du monde du silence.

Le club organise tout au long de l’année des sorties en mer. Ces sorties permettent de valider les niveaux préparés par nos adhérents sur des destinations Méditerranée ou Bretagne. Mais nous organisons également des voyages un peu plus lointains, à la découverte des fonds de notre belle planète.

 

Fêtes de Noël et de fin d’année 2019

Fêtes de Noël et de fin d’année !

Joyeux NoelIl n’y aura pas d’entraînement piscine pendant les fêtes de Noël et de fin d’année (vacances scolaires). Cette année, la fermeture est exceptionnellement longue, puisqu’elle débute le 16 décembre en raison de travaux (liés aux bassins extérieurs en construction).

Le dernier entraînement piscine aura lieu le Mardi 10 Décembre 2019 (oui, la semaine prochaine est bien la dernière séance de 2019!).

La reprise des séances d’entraînement sera le Mardi 07 Janvier 2020.

Bonnes fêtes de Noël et de fin d’année à tous.

Sortie apnée Y-40 Novembre 2019

Y-40

Séjour du groupe apnée Latoniccia à … Non…, pas à Rome…mais tout près de Padoue.
Projet : aborder la fosse Y.40.
Le stage d’apnée en profondeur est conduit par le « maestro » Umberto Pelizzari. Umberto fait preuve d’une grande pédagogie, et il est entouré par une équipe d’assistants et assistantes tous très compétents, exigeants et à l’écoute : «Umberto est très à l’écoute et on a pu poser les questions que l’on voulait, ou obtenir des précisions sur certains points » et, « Umberto est un très bon communiquant, plein d’humour et sait s’adapter au niveau de chacun, (mise en place d’ateliers spécifiques pour ceux qui avaient des difficultés) » (Philippe).

Ce stage était proposé en langue française très bien maîtrisée, ce qui n’est pas un détail, car, pour expliquer les techniques, parler du ressenti, il est bon d’être compris.
Y-40 est une très belle fosse qui se compose d’un dégradé de paliers jusqu’à -18 mètres, avant de se terminer par un tube qui conduit jusqu’à -42.15 m exactement.
Une eau à 33-34°C.

Stage étalé sur 3 jours : la cadence est soutenue. Nous alternons cours théoriques et séances d’apnées (3 heures durant), retour aux cours, et, retour à l’eau.
Nous étions une trentaine d’apnéïstes, organisés en 2 groupes de travail : un groupe en apnée profondeur, l’autre en apnée statique. Au bout d’une heure trente chaque groupe change d’activité.
En statique nous avons suivi des exercices avec étapes : augmentation du temps d’apnée avec récup’ de temps constant, et vis et versa. « Les exemples d’entrainement qu’il a détaillé sont également de bonnes pistes pour nos futures séances, j’essaierai de les utiliser »nous dit Philippe.
On nous amène à essayer, voire parvenir, à dépasser le moment « d’entrée en difficulté », ressentir, et travailler sur la manifestation du diaphragme.

En apnée de profondeur : le but est de nous faire travailler sur la compensation. C’est le cœur du travail.
Là… nous nous sommes découverts…nous pensions faire du va-salva…nous nous découvrons pratiquer le « frenzel », voire, le « btv ». Nous travaillons à accéder au « frenzel-avancé ». Apprendre quelques lettres de l’alphabet : le « M » pour emplir d’air les joues, fermer la glotte ; puis compenser à l’aide du « T » ou du « N », du « K » ou du « H ». Maîtriser ces lettres et la position de la langue en les prononçant suffiront pour le moment.
Car l’objectif est compenser pour nous permettre de passer le « mur » (entendre la difficulté) des 30 mètres, que peuvent nous interdire les oreilles.
« Umberto Pelizzari nous a donné accès à des techniques. C’est une grande école de la plongée apnée » déclare Lionel.

Vous l’aurez compris, le but du stage n’est pas de nous conduire coûte que coûte à 40 ou 42 mètres, mais de nous faire appréhender les techniques pour y parvenir.
Nous avons pratiqué le « free immersion », le « poids constants », la descente « à la gueuze ».
Nous serons allés, pour les uns, plus profond qu’habituellement, moins profond, d’autres auront atteint « le fond de la piscine ». Comme le dit Philippe : « On a tous pu, débutant ou plus expérimenté, appréhender ou consolider nos connaissances et découvrir de nouvelles sensations liées à la profondeur ».

Y aller c’est pratiquer la technique. Il faut compter avec l’entraînement, du temps.
Nous avons donc encore du travail.
Y retourner…serait le mieux !

Fabienne TG

Les commentaires sont clos.